L'ACTU

L'ACTU HEBDOMADAIRE DE L'ÉOLIEN

OFFSHORE

Voyants au vert pour le parc de Saint-Nazaire

La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté des recours visant à faire annuler l'autorisation d'exploiter le parc au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a-t-elle annoncé hier, lundi 15 mai.  Trois associations avaient attaqué en juillet dernier l'arrêté préfectoral autorisant la société Parc du Banc de Guérande, une filiale d'EDF Énergies nouvelles (EDF EN), à installer et à exploiter pour une durée de 40 ans ce parc éolien offshore composé de 80 machines et d'une puissance totale de 480 MW. Sa mise en service avait été initialement envisagée en 2020 puis repoussée à 2021 ou 2022 du fait de ces recours. Si les requérants peuvent encore former un pourvoi devant le Conseil d'État dans un délai de deux mois, c’est uniquement sur des questions de droit. À noter, la cour administrative d'appel de Nantes doit également statuer dans les prochaines semaines sur des recours déposés contre deux autres parcs éoliens en mer, ceux de Fécamp (Seine-Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), également attribués en 2012 à EDF lors d'un premier appel d'offres gouvernemental national. Par ailleurs, dix dossiers de candidature de groupes français et étrangers ont été présélectionnés dans le cadre de l’appel d’offres pour un futur parc éolien en mer au large de Dunkerque, apprenait-on la semaine dernière. Cette présélection a permis de retenir, sur des critères techniques et financiers, les entreprises qui poursuivront avec l’administration une étape dite de dialogue concurrentiel. Il s’agit du troisième appel d’offres lancé par l’État français pour développer les éoliennes marines posées en France. 

Abonnez-vous pour recevoir chaque exemplaire du journal
dès sa parution et bénéficiez d'un tarif préférentiel !