L’ACTU

L’ACTU HEBDOMADAIRE DE L’ÉOLIEN

EOLIEN FLOTTANT
Parcs flottants : questions sans réponses


Lundi 22 février, la Commission nationale du débat public (CNDP) a présenté les conclusions des échanges sur l'éolien flottant au sud de la Bretagne. Comme dans le cas du futur parc éolien en mer de la zone “Manche – mer du Nord” (voir l’Actu du 19 novembre 2020), les citoyens ont été consultés autour des deux premiers projets de parc commercial éolien flottant. Le premier devrait être d’une puissance de 250 MW et le second, dont l’attribution n’est pas prévue avant 2024, devrait s’échelonner entre 250 à 500 MW. À l’instar du débat public du futur site normand pour un parc éolien posé, de nombreuses questions sont restées une nouvelle fois sans réponses aux yeux des participants, notamment celles relatives au manque de données environnementales et sur l’absence d’une planification sur le long terme de ce type de projets. L’un des principaux points d’achoppement a été la localisation des deux futurs sites. Malgré le fait qu’une première macrozone de 1 130 km2 avait été préalablement définie, le débat n'a pas permis d'aboutir à une zone consensuelle plus ciblée. Une grande majorité du public a rejeté les zones les plus proches de Groix, Belle-Île-en-Mer et de la presqu'île de Quiberon, là où les éoliennes seraient les plus visibles. De plus, une partie des participants craint que les débats sur l’implantation ne soient que de principe car la conférence régionale de la mer et du littoral, réunissant les parties prenantes bretonnes, avait déjà planché sur la question et abouti à la définition d'une zone consensuelle de 516 km2. Enfin, alors que les quatre fermes pilotes d'éolien flottant françaises n'ont pas encore été construites, des interrogations ont été émises sur la pertinence de lancer des projets industriels avant tout retour d'expérience. « Le public n'a pas compris que l'on n'attende pas les enseignements d'un projet présenté comme expérimental avant de lancer un projet commercial, qui plus est, de grande ampleur », indique le compte rendu de la CNDP. Rappelons toutefois qu'avec 25 GW d'éolien offshore raccordés en Europe fin 2020, les retours d'expérience sur l’éolien offshore posé ne manquent pas.

Abonnez-vous pour recevoir chaque exemplaire du journal
dès sa parution et bénéficiez d’un tarif préférentiel !