L’ACTU

L’ACTU HEBDOMADAIRE DE L’ÉOLIEN

PPE
Objectifs contrastés pour l’éolien


Depuis le 20 janvier, la dernière version de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour 2019-2028, ainsi que la Stratégie nationale bas carbone à horizon 2050, est désormais ouverte pour consultation publique. Les changements pour l’éolien sont favorables à l’offshore tandis que l’éolien terrestre voit ses objectifs rabotés. Ainsi les objectifs pour l'éolien en mer passent à 5,2 à 6,2 GW en 2028, contre 4,7 à 5,2 GW dans une précédente version. Côté onshore les objectifs passent désormais de 34,1-35,6 GW à 33,2-34,7 GW. Ce repli intervient quelques jours après des annonces quelque peu critiques d’Emmanuel Macron lors d'un déplacement à Pau : « Le consensus sur l'éolien est en train de nettement s'affaiblir dans notre pays. » Et de poursuivre, « Il y a l'éolien offshore qu'on a développé et relancé très fortement, mais de plus en plus de gens ne veulent plus voir d'éolien près de chez eux. » Interrogé par l’AFP, Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), se veut rassurant, estimant que la nouvelle feuille de route de la PPE visent surtout à « compenser budgétairement la montée de l'éolien en mer. Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais pas une catastrophe non plus. » Pour France énergie éolienne (FEE), cette PPE, en discussion depuis trois ans, « doit désormais être adoptée rapidement, pour donner de la visibilité aux acteurs », a expliqué, sa déléguée générale Pauline Le Bertre à l’agence de presse. « Regrettant » que le gouvernement n'ait « pas saisi tout le potentiel de l'offshore », elle s'est réjouie que le secteur et les régions littorales disposent enfin d'« un calendrier clair » : « c'est un premier pas. » La consultation publique est ouverte jusqu'au 19 février.

Abonnez-vous pour recevoir chaque exemplaire du journal
dès sa parution et bénéficiez d’un tarif préférentiel !