L’ACTU

L’ACTU HEBDOMADAIRE DE L’ÉOLIEN

OFFSHORE
Dunkerque : un premier parc sans subventions ?


« Le parc éolien en mer de Dunkerque sera peut-être le premier sans subventions en France », a annoncé le ministre de la Transition énergétique et solidaire. François de Rugy intervenait à la vingtième édition des Assises de la transition énergétique qui se déroulent du 22 au 24 janvier à Dunkerque. Plusieurs des neuf consortiums pré-sélectionnés à l'issue du dialogue concurrentiel ont effet laissé entendre qu'ils remettraient le 15 mars prochain une offre « à zéro euro », c'est à dire sans autre rémunération que la seule vente à prix de marché. « Avec les prix proposés à Dunkerque, les appels d'offres 1 et 2 seront de lointains souvenirs », a indiqué Stéphane Cicollela, directeur de la transition énergétique chez Shell (consortium Moulins de Flandre). L'allocation du projet devrait intervenir à l'été 2019. La filière joue gros sur cette compétition car il s'agit de convaincre le gouvernement de la compétitivité de l'éolien en mer. Le projet de PPE révélé en novembre, et dont la parution officielle est prévue « dans les jours qui viennent » selon François de Rugy, a beaucoup déçu les acteurs de l'éolien en mer avec seulement 2,4 GW de capacité éolienne en mer en 2023 et entre 4,7 et 5,2 GW dans dix ans. C'est trois fois moins que ce qu’espéraient les professionnels. « L’appel d’offres à Dunkerque va changer la façon d’appréhender l’éolien en mer en France », espère Vincent Balès, directeur général de WPD Offshore, qui rappelle également que le facteur de charge de l'éolien en mer est bien supérieur à celui de l'éolien terrestre et du solaire. « Pour remplacer 10 tranches de nucléaire en France, il faudrait 16 GW d’éolien en mer ou 32 GW d’éolien terrestre ou 64 GW de PV », rappelle Vincent Balès.
Elatos
Hors-série Elec Verte

Abonnez-vous pour recevoir chaque exemplaire du journal
dès sa parution et bénéficiez d’un tarif préférentiel !